Kingdom Hearts Melody of Memory

Test

Le 16 novembre 2020 à 11:57 par Bastien 0 commentaire
Artwork de Kingdom Hearts: Melody of Memory

Après Final Fantasy et Dragon Quest, c'est au tour de Kingdom Hearts de sanctuariser son catalogue musical à l'occasion d'un jeu de rythme. Une fois n'est pas coutume, le studio Indieszero, déjà mis à contribution pour développer les impeccables épisodes de la série Theathrythm, a été missionné pour adapter le concept à la saga fétiche de Tetsuya Nomura. Une partition harmonieuse avec, néanmoins, quelques fausses notes. Ouvrez grandes vos oreilles, faites craque vos doigts et commencez à secouer votre arrière-train : ça va swinguer sur l'île du Destin.

Kingdom Hearts Melody of Memory (menu principal)
Kingdom Hearts Melody of Memory (gameplay)

Mémoire vive

Voilà bientôt deux ans que Kingdom Hearts III est venu combler les attentes des fans de la licence, heureux de retrouver Sora et toute sa troupe pour prolonger l'histoire tortueuse imaginée par Tetsuya Nomura et Kazushige Nojima. Malgré sa fin (secrète) très commentée, nous ne savons pas encore quand ni comment un hypothétique Kingdom Hearts IV viendra compléter cette aventure. Une chose est sûre, il faudra s'armer de patience, et c'est la raison pour laquelle Square Enix multiplie les projets secondaires entre chaque chapitre canonique. Pourtant, Kingdom Hearts Melody of Memory, comme tous les autres épisodes mineurs, fait partie intégrante de la saga. C'est même l'un des arguments du studio : pour sa première apparition sur Switch, le grand grimoire Kingdom Hearts s'offre quelques pages de scénario supplémentaires en plaçant Kairi au cœur du récit.

Avant de pouvoir profiter de ces 40 minutes de scènes inédites mais pas fracassantes, où l'on retrouve plusieurs personnages clés et quelques vagues pistes pour le développement futur de l'histoire dans le prolongement de Kingdom Hearts III, il faudra en réalité parcourir une série de cinématiques récapitulant les événements majeurs des précédents épisodes commentés par Kairi. Ce condensé qui ponctue certaines chansons dans le mode « Tour des Mondes » est peut être trop maigre pour résumer un propos aussi dense mais il s'agit d'une porte d'entrée intéressante pour les nouveaux joueurs. Melody of Memory est donc avant tout un hommage musical à Kingdom Hearts, une ôde au travail remarquable de Yōko Shimomura et une rétrospective synthétisant 18 années de récits et de nomenclatures rocambolesques, plus qu'un supplément narratif indispensable. Plonger dans cette aventure musicale pour sa maigre contribution au scénario serait une erreur de jugement.

Kingdom Hearts Melody of Memory (gameplay)
Kingdom Hearts Melody of Memory (gameplay)

La juste note

De Theathrythm, Melody of Memory ne mime que le genre à la charnière entre jeu de rythme et RPG. Alors que les deux spin-offs musicaux de Final Fantasy affichaient un défilement horizontal et une réalisation 2D « chibi » très propre, les développeurs ont ici opté pour une représentation 3D assez sommaire, recryclant les modèles de personnages façonnés pour les différentes remasterisations sorties ces dernières années ainsi que des décors plutôt austères. Ce n'est finalement qu'un détail car vos yeux n'auront de toute façon pas le temps d'admirer le paysage quand les notes défileront sur la partition. La mélodie impose au joueur d'effectuer, dans un rythme impeccable, les commandes affichées à l'écran par un jeu de couleur. Trois touches d'attaque (qu'il faut parfois actionner simultanément), une touche de sort et une touche de saut, cela paraît plutôt trivial mais c'est pourtant suffisant pour donner lieu à des combinaisons infernales dans le niveau de difficulté le plus élevé ou avec le style virtuose où les réflexes sont mis à rude épreuve. Une seule fausse note et la jauge de HP s'effondre, laissant s'envoler les chances d'obtenir un A+++ et de remplir les 3 missions associées à chaque musique. Les chorégraphies des ennemis et des trois personnages de l'équipe sont dynamiques et plutôt chouettes à regarder mais la perspective et les choix de couleur étonnants de certaines notes gâchent parfois la lisibilité des passages plus retors — généralement quand des actions au sol suivent un saut.

Le « Tour des Mondes » est l'attraction principale de Melody of Memory étant donné que tous les morceaux inclus dans le jeu se débloquent dans ce mode et que l'expérience qu'on y accumule permet aux personnages (à choisir parmi les trios de héros des différents épisodes) de gonfler leurs statistiques pour renforcer leur force et leur résistance. Malheureusement, la personnalisation de l'équipe s'arrête là, alors que le large panel de personages et le développement de compétences spéciales étaient l'un des arguments principaux de Curtain Call, sorti en 2014. L'univers de Final Fantasy, l'approche combats de boss et la variété des classes permettait un peu plus de diversité dans le gameplay. On trouve bel et bien des matériaux et un menu création d'objets, mais cela reste accessoire en dehors des boosters d'expérience utiles pour faire s'envoler la jauge d'expérience des trois héros. La fonctionnalité Coop locale n'étant malheureusement pas d'actualité en ces temps de confinement, le mode Online vient à la rescousses de ceux qui cherchent à se mesurer à d'autres mélomanes aux doigts de fée. Malheureusement, il est à ce jour impossible d'inviter un ami : seuls les défis contre d'autres joueurs inconnus (au niveau souvent redoutable) sont proposés. Il ne reste plus qu'à espérer qu'une mise à jour viendra corriger ce manquement qui ampute Melody of Memory d'un sérieux argument en faveur de sa rejouabilité.

Si les joueurs à l'unique recherche de nouveaux développements scénaristiques feraient mieux de passer leur chemin, les amateurs de musiques et autres fans de Yōko Shimomura seront ici aux anges. Melody of Memory est copieux, tant au niveau de sa liste vertigineuse de musiques mises à l'honneur (près de 150 tout de même) que des petits secrets et grigris à collectionner. Les différents modes de jeu garantissent une durée de vie confortable dépassant certainement les 25 heures d'efforts pour acquérir les 100% dans tous les niveaux de difficulté, quand 8 heures suffisent à conclure la trame principale en ligne droite. Une petite friandise mélodieuse bienvenue en cette fin d'année si monotone, qui gagnerait néanmoins à proposer une évolution de son mode en ligne pour affronter ses amis plutôt que des inconnus à l'autre bout du globe.

15
Une tracklist très généreuse
Missions et récompenses addictives
Un bel hommage à 18 ans de Kingdom Hearts
Lisibilité parfois confuse
Séquences inédites faméliques
Pas de mode online avec un ami